Les Héroïdes

CRÉATION COLLECTIVE d’après Ovide, avec des textes de Hélène Cixous, Ana Maria Martins Marques, Niki de Saint-Phalle, Ovide et l’ensemble de l’équipe de comédiennes

MISE EN SCÈNE ET DRAMATURGIE Flávia Lorenzi

Les Héroïdes est un spectacle inspiré de l’œuvre éponyme du poète latin Ovide, un recueil de lettres fictives écrites par 21 héroïnes à leurs amants absents. Nous en avons choisi sept qui nous emmènent sur les traces de Pénélope et son astucieux tissage ; d’Ariane et l’abandon sur l’île de Naxos ; de Médée et Hypsipyle, les deux puissantes sorcières ; de Déjanire, la femme méconnue d’Hercule ; d’Hélène et son burn-out ; et Didon, fondatrice et reine de Carthage. Ces chants d’autrefois sont portés par une écriture de plateau très dynamique, à laquelle s’ajoutent un travail choral et rhapsodique, en croisant textes, improvisations pleines de fantaisie, accessoires de fortune et belles musiques.

Un spectacle drôle, poétique et puissant, joué par six comédiennes musiciennes qui vont, d’un tableau à l’autre, réécrire les destins des héroïnes de la mythologie et leur donner un visage plus contemporain et féministe. 

DIRECTION MUSICALE Baptiste Lopez
AVEC Alice Barbosa, Capucine Baroni, Juliette Boudet, Laura Clauzel, Lucie Brandsma et Ayana Fuentes-Uno
ASSISTANTE À LA MISE EN SCÈNE Manu Figueiredo
PRÉPARATION CORPORELLE Luar Maria
SCÉNOGRAPHIE ET ACCESSOIRES Baptiste Lopez
COSTUME Charlotte Espinosa avec la collaboration de Veronica Réndon
CRÉATION LUMIÈRE Robson Barros (adaptation Moïra Dalant)
GRAPHISME ET VIDÉO Fernanda Fajardo

PRODUCTION Cie BrutaFlor
COPRODUCTION Quai des rêves – Scène de Territoire (Lamballe – Armor) et Équinoxe – Scène Nationale de Châteauroux
Avec l’aidede la DRAC Ile-de-France (aide à la création 2023), Spedidam, Adami et Fonpeps (Ministère de la Culture)
SOUTIENS Théâtre 13, Théâtre du Soleil, Festival Fragments#9, Mains d’Œuvres et Le LoKal
PARTENAIRES Le Strapontin – Scène dédiée aux Arts de la Parôle – Pont Scorff, Ville de Bagnolet – Théâtre des Malassis, À mots découverts – Laboratoire Vivant de l’écriture Théâtrale, Gogprs Electrics – Lieu d’émulation – Drôme.

Avec une équipe féminine sur scène, nous créeons un spectacle issu d’une écriture de plateau, où d’autres éléments littéraires s’ajoutent au texte d’Ovide, point de départ de notre dramaturgie. Des textes classiques, contemporains mais également des textes écrits et improvisés par les comédiennes elles-mêmes, donnent à entendre une pluralité de voix narratives. La mise en scène éclot d’improvisations collectives, où corps, chorégraphies, rythmes, textes, musiques, architectures se retrouvent sur un même dispositif donnant à voir des tableaux scéniques qui se tissent les uns aux autres, se répondent et se frictionnent. À partir de quelques unes des figures peintes par Ovide dans son œuvre de jeunesse, je tire les fils d’une dramaturgie originale où l’enjeu est de mettre en rapport le monde antique et mythologique des ces personnages féminins avec le monde réel et contemporain des actrices qui incarnent ces mythes. Nous partons donc sur les traces de Pénélope, et son astucieux tissage, le faire et défaire des f ils du temps ; d’Ariane, celle qui tient le fil du retour du labyrinthe de Dédale; de Médée et Hypsipyle, les deux puissantes femmes de Jason ; de Déjanire, la dernière femme d’Hércule et responsable de sa fin ; d’Hélène, la plus belle femme du monde; et de Didon, fondatrice et reine de Carthage, avant d’être, sous la plume de Virgile, l’amante d’Enée, abandonnée par celuici. À la recherche d’un point de vue plus féministe et contemporain, d’autres voix composent ce tissage, notamment celles de Niki de SaintPhalle (plasticienne franco américaine des années 60-70), Aretha Franklin, Hélène Cixous et son manifeste Le rire de la méduse, Ana Martins Marques (poétesse brésilienne de la jeune génération) et Barbara (auteure et compositrice française). Ces matériaux nous permettent d’élargir notre champ de vision et en même temps de rapprocher ces mythes des problématiques de notre temps. Car si les relations amoureuses et les blessures que cellesci provoquent sont l’un des noyaux de ces textes, souvent présentés comme des lettres d’amour, ces femmes ne font pas que se lamenter, non ! Elles sont en colère, elles crient leur révolte, elles combattent leurs destins et se fraient un chemin avec leurs propres voix, cherchant une place dans tous ces récits où l’on voit le plus souvent les exploits du héros, de l’homme – celui qui n’a pas pu faire autrement ? Celui qui n’a pas pu refuser l’aventure, le voyage, le destin glorieux ? Ovide a donné la parole à ces personnages féminins il y a plus de 2000 ans. Nous écoutons aujourd’hui ces chants dont l’écho – parfois lointain, parfois si proche – résonne dans notre monde, se glisse dans nos chants contemporains.

« Énorme succès pour le spectacle Les Héroïdes (avec longue liste d’attente) une malicieuse comédie musicale menée tambour battant par six comédiennes complices et virtuoses, chanteuses et performeuses. En bref une comédie musicale délicieuse, résolument féministe et joliment désinvolte dans son irrévérence. » Alain Neddam

« Le spectacle se distingue par une esthétique qui intègre habilement des éléments féministes sans pour autant tomber dans les clichés, témoignant d’une réflexion profonde sur la condition de la femme. » Je vais au théâtre 

 

« C’est mené avec vélocité comme une revue tout en intégrant quelques moments introspectifs et l’ensemble emporte le morceau. L’idée de Flávia Lorenzi de reprendre ces Héroïdes d’Ovide était bonne et le résultat est réjouissant. » Hottello

CONTACTS

Diffusion 

Prune Bonan – p.bonan@fabriqueabelleville.com – 06 66 47 62 85

PRESSE  

Fabiana Uhart  – 06 15 61 87 89